Tanja Krones, Recherche internationale, Présidente d'acp-i
Lorsqu'on travaille dans le domaine de l'éthique clinique, on se pose presque inévitablement la question de savoir comment nous pouvons garantir que les personnes incapables de discernement reçoivent également des soins qui correspondent à leurs souhaits.

 
Le renforcement des directives anticipées au niveau juridique à la fin des années 90 a constitué un premier pas important dans cette direction, même s'il est rapidement apparu dans la pratique clinique que les directives anticipées se heurtent à certaines limites.

 

En 2010, j'ai rencontré Bud Hammes et Karen Detering par l'intermédiaire de collègues spécialistes en éthique médicale; tous deux sont pionniers dans leurs pays dans la mise sur pied d'un concept global ProSA éprouvé et fondé sur des preuves. En 2011, j'ai pu suivre une formation en Australie et la développer avec de nombreux collègues en Suisse au sein du programme de recherche national "Fin de vie" (PNR67). Depuis lors, je suis membre d'ACP International, l'association interprofessionnelle internationale du ProSA, que je préside depuis 2017. Pour moi, le ProSA est un élément essentiel d'un système de santé axé sur le patient, et je suis très heureuse que nous ayons maintenant notre propre plateforme pour la promotion du ProSA en Suisse grâce à notre association ACP Swiss.